• Lila Catherine Brüschweiler

Mesdames libérez vous de 5 fausses croyances qui sabotent votre sexualité




1. Je dois trouver le bon partenaire pour enfin avoir une vie sexuelle épanouie.


FAUX

Pour la plupart d'entre nous, on nous a appris que c'est notre partenaire qui doit nous épanouir sexuellement et que si finalement nous ne sommes pas satisfaites sexuellement c'est la faute de notre partenaire.

Beaucoup de femmes ignorent que la qualité de leur vie sexuelle dépend beaucoup plus d'elles-mêmes que de leur partenaire. Évidement, c'est plus facile de placer notre insatisfaction sexuelle sur le dos de notre partenaire ; cela nous confronte beaucoup moins à nos propres difficultés.

Pourtant votre partenaire ni peut rien si vous n'aimez pas votre corps ou bien si de regarder votre propre sexe vous met mal à l'aise. Votre partenaire n'y peut rien si vous ne connaissez pas vraiment ce dont votre corps a besoin pour s'ouvrir à l'amour parce que vous ne le touchez jamais. Votre partenaire n'y peut rien si vous êtes prisonnière de votre tête dans la rencontre sexuelle parce que votre tête est surchargée par la liste des choses à faire. Votre partenaire n'y peut rien si vous acceptez de faire l'amour, même si vous n'en avez pas envie parce que vous écoutez plus votre tête que votre corps.

Il est temps de reprendre responsabilité de votre sexualité et de comprendre que si vous voulez améliorer quelque chose à votre sexualité, ça commence avec vous-même. Et que d'attendre que votre épanouissement sexuel vienne de votre partenaire, vous place dans une position désagréable d'impuissance, voir de victimisation.

Donc la première chose pour améliorer votre sexualité,

c'est d'arrêter de vous focaliser sur votre partenaire et de vous recentrer sur vous.

La plupart d'entre nous ne réalisons pas, pour être épanouie sexuellement, combien c'est important que nous nous sentions en sécurité à l'intérieur, que nous soyons détendues mentalement, que nous ayons une vision positive de notre corps, que nous sachions comment fonctionne notre corps et que nous l'écoutions. Il est aussi fondamental que nous ayons une conception de l'amour où nous nous sentons libres de dire "non, pas maintenant ou pas comme ça" et bien sûr que nous ayons suffisamment résolu certains bagages de notre passé.

Améliorer notre sexualité, commence avec nous-mêmes et tout ce que nous améliorons, débloquons, libérons en nous, nous l'amenons ensuite dans la relation avec le partenaire. Nous initions ainsi notre partenaire à ce que nous aimons vraiment et nous l'aidons à s'ouvrir à une nouvelle sexualité.


2. Quelque chose ne va pas chez moi car ça m'arrive régulièrement d'avoir envie de pleurer ou de me sentir en colère quand je fais l'amour avec mon partenaire.


FAUX

Nous avons toutes été conditionnées à voir la sexualité d'une certaine façon, avec comme on imagine ça doit se passer ; et souvent jamais une personne éclairée sur ce sujet nous a parlé à quoi ressemble une sexualité vivante et nourrissante.

Une sexualité épanouissante, où l'amour est présent,

c'est finalement s'ouvrir.

Et quand on s'ouvre, on lâche les apparences, on entre dans l'authenticité. Alors bien sûr, c'est naturel que à certains moments des émotions montent à la surface.

Souvent les émotions qui sortent dans le cadre de l'acte sexuel, n'ont rien à voir avec ce qui se passe à l'instant présent. Ce sont des émotions du passé figées dans le corps qui se libèrent. Une sexualité vivante et consciente, c'est beaucoup plus qu'un rapport sexuel, c'est également un processus d'ouverture, où la force vitale reprend ses droits et défige les tristesses, les colères, les joies retenues pour que la vie puisse couler à travers nous sans obstruction.

Peut-être vous êtes d'accord que tout que ça se libère,

mais pas quand vous êtes en train de faire l'amour avec votre bien-aimé

alors que faire ?

Si vous cherchez à bloquer vos émotions, votre sensibilité, vos fragilités, quand vous faites l'amour avec votre partenaire, cela va aussi bloquer vos sensations positives et l'opportunité d'une vraie intimité à 2. Or cette qualité d'intimité est indispensable pour que nous puissions nous ouvrir vraiment à notre plaisir.

En fait, il va être nécessaire de vous exprimer car sinon votre partenaire peut croire que c'est à cause de lui que vous avez des émotions et tout risque de déraper.

Il va être nécessaire d'apprendre à créer un cadre approprié dans la rencontre sexuelle où, pour chacun, il y a de l'espace pour dire à son partenaire qu'est ce qui est en train de se passer pour soi.

C'est la sexualité consciente, plus tantrique, à l'opposé de la sexualité conventionnelle, plus mécanique, où il n'y a pas vraiment d'espace pour l'émotionnel et où on est davantage dans la performance que dans la qualité de rencontre.

Or c'est dans la qualité de rencontre,

qu'il nous devient possible de toucher les étoiles.


3. Le but de la rencontre sexuelle, c'est d'avoir un orgasme.


FAUX

Le but de la rencontre sexuelle, c'est d'avoir du plaisir.

Et peut-être cela va vous surprendre, mais avoir un orgasme, ne signifie pas nécessairement avoir beaucoup de plaisir.

On peut avoir beaucoup de plaisir et se sentir complètement satisfaite sexuellement,

sans avoir eu d'orgasme.

Seulement pour la plupart d'entre nous, femmes comme hommes, nous avons en tête, qu'une rencontre sexuelle réussie, c'est d'avoir un orgasme. Nous avons été conditionnés, femmes comme hommes, à la sexualité "pressée", la performance, la course à l'orgasme à tout prix ; ce qui finalement nous place dans la tête et nous déconnecte du corps. En somme, on utilise le corps, on pousse le corps, mais on ne l'écoute pas vraiment.

Il est important aussi de réaliser que le modèle de sexualité qu'on voit un peu partout, c'est une sexualité masculine et tout se passe comme si on demande au corps de la femme de fonctionner comme le corps d'un homme. D'une part c'est impossible, et puis surtout c'est ignorer que le rythme du corps d'une femme, plus lent, a vraiment quelque chose de magnifique à amener dans la qualité de la rencontre sexuelle. Mais souvent les femmes, elles-mêmes ont du mal à écouter leur rythme à elles et se font pénétrer par leur partenaire beaucoup trop vite alors que leur corps n'est pas vraiment prêt.

Dans ce modèle de sexualité conventionnelle, tellement de femmes se mettent sous pression pour avoir absolument un orgasme et tellement d'hommes bien intentionnés imaginent que ce que leur partenaire veut, c'est un orgasme. Peut-être pas ? Elle a peut-être plus besoin que vous preniez le temps de vous ouvrir l'un à l'autre au niveau du cœur et puis ensuite plus charnellement au niveau du corps ; ce qui va lui permettre de se détendre, d'éveiller tout son corps et de se sentir en sécurité pour s'ouvrir à son plaisir ; alors la qualité de rencontre sexuelle sera certainement bien meilleure et si il y a orgasme, il sera certainement de meilleure qualité.

En effet, on entend peu parler de la qualité de l'orgasme. Il y a des orgasmes qui sont vécu comme simplement la libération d'une tension où souvent le clitoris de la femme sera beaucoup stimulé pour pousser son corps à l'orgasme. Or ce trop de stimulation localisée peut créer finalement une crispation où elle aura peut-être un orgasme, mais en serrant, en se contractant. Cela lui fera peut-être quand même du bien, mais ne nourrira probablement pas tout son corps de plaisir.

Il est important que nous apprenions à notre partenaire comment il peut nous donner du plaisir, plutôt que comment il peut nous donner un orgasme.


4. Quelque chose est cassé en moi, car je ne ressens rien, je n'ai aucun plaisir dans la rencontre sexuelle.

FAUX

C'est simplement que votre corps vous dit quelque chose. Si vous ne ressentez rien, cela ne veut pas dire que vous êtes cassée, c'est que quelque chose en vous coupe la sensation.

Souvent quand nous n'avons aucun plaisir, c'est que nous sommes stressée avec la tête surchargée, ou bien nous nous mettons nous même la pression pour avoir absolument des sensations ou alors c'est que quelque part en nous, il y a une peur qui bloque l'ouverture au plaisir.

Notre corps réagit différemment en fonction de comment on l'approche ; Notre corps reconnait très bien la différence, quand il est abordé avec écoute, amour, respect ou bien quand on cherche à le forcer à nous donner des sensations. C'est la différence entre rencontrer son corps avec amour et utiliser son corps pour qu'il nous donne quelque chose.

Les zones de notre corps, figées dans "la non-vie", sont comme "anesthésiées". Nous rencontrons toutes des moments ou des périodes où ne ressentons rien et c'est normal aussi parce que notre corps ce n'est pas une machine. Pourtant vous pouvez être sûre que sous cette zone du corps apparemment anesthésiée, il y a quelque chose de vivant dessous, mais qui est simplement comme endormi. Et puis ce n'est pas parce que vous ne ressentez pas ce que vous imaginez vous devez ressentir, que vous ne ressentez rien et qu'il ne se passe rien du tout.

Il va être nécessaire de vous ouvrir à plus de finesse dans vos sensations.

Les zones de notre corps, non appréciées, sont moins vivantes. En fonction de la culture, de l'éducation et de la religion dans laquelle on a grandit, il y a des zones de notre corps que nous n'avons pas appris à considérer avec valeur, en particulier notre bassin et notre sexe ; et ces zones sont comme vides de notre appréciation, de notre amour. A cause de cela, elles sont moins vivantes et quelque chose s'est comme éteint là.

Il va s'agir d'apprendre à vous aimer de la tête au pieds

et ainsi revitaliser votre corps dans son intégralité.



Les peurs, les blessures du passé peuvent couper les sensations. Si vous n'avez aucun plaisir dans la sexualité, c'est peut-être que comment cela se passe ne vous convient pas et vous n'osez pas l'exprimer ? Peut-être vous vous obligez d'avoir des relations sexuelles même si vous n'en avez pas envie pour faire plaisir à votre partenaire ? Peut-être vous ne vous sentez pas libre d'être vous-même dans la sexualité ? Et puis nous avons toutes, vécues certaines blessures dans le domaine de la sexualité, plus ou moins graves qui ont influencé notre sexualité, notre rapport au corps, notre rapport au plaisir, notre rapport à l'amour.

Et même si vous avez vécu des abus sexuels, cela ne signifie pas que vous êtes cassée.

Au niveau le plus profond votre énergie sexuelle est incassable

car c'est votre énergie vitale.

Je sais pour l'avoir vécu personnellement que même si on a vécu des abus sexuels, il est possible de retrouver sa nature sexuelle intacte, innocente, joyeuse, positive. Cela nous demande bien sûr à nous engager à faire un travail de guérison, avec patience, persévérance et compassion envers nous-mêmes.

Toute conception de l'amour qui ne tient pas compte de nous-mêmes,

ce n'est pas de l'amour, c'est du sacrifice.

Il est important de ne jamais faire une croix sur ce que nous aimons sur ce qui nous fait briller les yeux, sinon nous finissons par nous étioler, perdre de notre vitalité et finalement perdre notre enthousiasme pour la relation.

Et puis s'adapter toujours au partenaire pour lui convenir, par amour ou par peur,

cela tue le désir comme si quelque chose se tarie en nous.

Le désir ne peut se produire quand on est dans une démarche de convenir à l'autre. C'est plutôt se poser face à l'autre dans qui on est vraiment, sans se retenir d'être soi. Cela ne veut pas dire que l'on est rigide, fermée ou insensible à l'autre. En fait, c'est simplement choisir de ne pas mettre entre parenthèse ce qui nous nourrie nous, ce qui nous fait briller les yeux à nous.

L'amour véritable ne vous demande pas de vous adapter à votre partenaire, de vous forcer à quoi que ce soit ou de vous focaliser sur lui. Il vous demande de vous recentrer sur vous et depuis là, d'ouvrir votre cœur et votre nature unique à votre partenaire.

Il vous demande aussi bien sûr de considérer ce qu'aime votre partenaire et de vous laisser ressentir, si vous pouvez lui offrir de bon cœur ce qu'il aime.

En fait, le grand amour nous demande du courage et de prendre le risque de déplaire. Sans ce risque, la relation ne peut pas être vivante. Il va s'agir d'oser exprimer ce qui résonne vraiment juste en vous, même si votre partenaire voit les choses autrement.

Cela va vous permettre de grandir comme femme, devenir plus affectivement autonome, pas vous endurcir, pas vous fermer, mais vous affirmer depuis votre cœur, depuis votre corps dans qui vous êtes vraiment. C'est l'ouverture à une nouvelle qualité de relation.